18 novembre 2009

Les hommes préfèrent mentir

                   Jeune fille de 25 ans se plaignant sans cesse d'être désormais ce que l'on pourrait qualifier de Catherinette s'aperçoit petit à petit être la proie facile du trentenaire marié avide de chaire fraîche.
Ce type d'homme déjà établi dans son petit confort marital mais en manque de sensations fortes, habitué au train-train quotidien s'ennuie royalement.
Plus de mystère dans le couple, plus de jeu de séduction, le mâle marié de plus de 30 ans vit dans la nostalgie de son glorieux passé de grand coq où il arborait une crête terriblement virile, dans la basse-cour et s'amusait à sauter toutes les poules qu'il désirait.
Mais la pression sociale a eu raison de lui et comme tout homme qui se respecte, il a bien fallu qu'il se "pose" pour se marier et fonder une famille afin de perpétuer son nom...
Puis un jour, cet homme rencontre la Catherinette, elle n'est pas spécialement belle mais elle est jeune, dynamique, pas trop mal foutue (enfin je crois :s) Oui oui, là je parle de moi . Je pense quand même avoir plus de qualités que ça lol mais bon...je suppose que c'est ce qui attire tellement ces hommes-là! Et comble de tout, elle a l'air un petit peu naïve (je précise Juste l'air!).

On sait tous que ce genre d'hommes préfère les filles plus jeunes, pas uniquement parce qu'elles ont la peau ferme et le galbe du fessier plus dessiné. Non.... c'est surtout parce que face à elle, il pourra débiter son discours dithyrambique sur la vie, le monde, les êtres humains, la culture et que sais-je et lui montrer à quel point c'est un homme d'expérience, de connaissances. Et tel un sage, il dévoilera à la catherinette, les mystères de l'humanité, avec de préférence, un premier cours approfondi d'anatomie lol.
Pourquoi je raconte ça? ben parce que je suis dans une phase super aigrie! 
J'attire que ce genre de "vieux cons" même si il doit y avoir une raison, qui m'incombe en partie (?).
Catherinette que je suis, j'évolue avec mon temps, je vieillie. Donc foncièrement, la limite d'âge de mes prétendants potentiels s'élargit.

Ce qui veut dire que j'ai de grandes chances de m'intéresser à des hommes de plus de 30 ans. Or, on sait bien que la probabilité de ces hommes à être officiellement célibataires s'amoindrit lorsqu'on avance dans l'âge. Et même si une étude récente (paru sur le site les bridgets.com) a démontré que 58% des hommes célibataires ont plus de 30 ans, il n'empêche que la proportion d'hommes célibataires sur le total de la population masculine n'est pas très élevée.
Je n'ai pas trouvé de chiffres exacts mais en yeutant sur Internet, je tombe sur des environs de 40 à 50%.
Ce qui laisse une marge de 60 à 50% de tomber sur un mec casé.

OK l'homme trentenaire en gros est plus susceptible d'être en couple et je n'ai aucun mais vraiment aucun souci avec ça (J'aime les couples qui se "guélan" dans le rer ou en plein milieu de la rue: c'est beau l'amouuuuur), mais ce qui m'irrite au plus au point, c'est le besoin purement machiste d'une grande partie de ces hommes de mentir et surtout d'être infidèle ;

Prenons l'exemple de ce mec que j'ai rencontré dernièrement. Dès le début, il m'a révélé son statut marital (qui, il faut le dire, m'arrangeait car ce n'était pas du tout mon genre de mec!!! petit, pas très beau, il correspondait au profil convenu limite caricatural du blanc complexé, attiré que  par les femmes noires (Yeurk!) parce que lui, comme nous, savons qu'il a plus de chances de concrétiser avec la fille aliénée et/ou intéressée préférant se taper un blanc plutôt qu'un noir (pour simplifier un maximum) enfin ça c'est une autre histoire).

Bref revenons à ce jeune homme: d'un point de vue affectif, il était dans une situation particulière et je pense qu'il ne savait pas trop où il en était. Toutefois, sa façon de me regarder, son besoin de m'appeler tout le temps, ses compliments récurrents trahissaient son désir et suffisaient à en faire déjà un mec infidèle bien qu'il n' y ait jamais eu de contact physique entre nous.
Au plus profond de moi, je n'ai pas pu m'empêcher de le juger et de le mépriser! Comment peux t-on se montrer aussi détaché envers celle que l'on considère comme l'amour (si possible) de toute une vie et renié aussi facilement un sermon aussi sacré que celui prononcé lors du mariage?!
Et voilà que je me pose des questions. Les hommes seraient-ils si faibles que ça?



Si ils le sont c'est uniquement dû à leur éducation et aux modèles socioculturels qu'on leur inculque depuis tout petit. Dès l'enfance, on s'évertue à dissocier garçon et fille, de souligner les différences et chaque enfant est prié d'intégrer les valeurs que doit  "naturellement" posséder un "vrai" garçon et une "vraie" fille. Le garçon développera son esprit belliqueux et compétitif (seul moyen pour lui d'exister dans la société) à travers les jeux de voiture, de soldats, d'armes en jouet ou encore par l'inscription automatique au sport. Tandis que la fille "s'intéresse" très vite à l'art du maquillage, à s'occuper d'un bébé ou encore à faire la cuisine, tout ça grâce à Barbie, Baby-born et les cuisines miniatures en plastique des jouets  Mattel. 
On achève le processus en valorisant le mâle, ceci dans toutes les sphères de la société. Et l'expression suprême de cette prédominance du "mec" se cristallise en une forme d'antithèse systémique et exacerbée vis à vis de la femme entraînant bien évidement des rapports inégaux entre les 2 sexes. Et cela reste un problème toujours irrésolu même dans notre cher pays démocratique qui d'après Sarkozy est un pays opposé à l'asservissement de la femme, dans son discours sur l'identité nationale prononcé le 10 novembre dernier (d'ailleurs, il faudra qu'il me dise en quoi il lutte contre les inégalités hommes-femmes?! parce que s'en prendre uniquement aux femmes musulmanes soi-disant contraintes par leurs hommes de se cacher sous le voile intégral, c'est plus s'attaquer à une communauté ethno-religieuse qu'à une véritable injustice que sont les inégalités de genre et de sexe!)

En gros, Etre un homme c'est avoir des qualités physiques et intellectuelles supérieurs à la femme. L'homme, c'est celui qui par son physique peut s'imposer, combattre, défier, protéger, au nom de l'honneur, de la dignité et toute autre valeur (comme la raison) qui permettent de distinguer l'être humain de l'animal.
Mais Etre un homme c'est surtout avoir intégré le modèle andro-centrique dans des sociétés hiérarchisées, un modèle qui place le sexe masculin à la convergence de tout. Et celui qui détient tous les pouvoirs, c'est bien évidement celui qui aura prouvé aux yeux de tous, qu'il était un véritable "homme".
Dans nos sociétés patriacarles, L'homme se doit d'affirmer sa position de dominateur et quoi de mieux que d'oppresser la femme (d'ailleurs plus l'homme aura échoué socialement, plus il aura tendance à oppresser physiquement et moralement la femme) et lui seul est habilité à pouvoir juger du statut d'une femme.
Dans la vie d'un homme, vous trouverez toujours ce schéma mental profondément machiste qui consiste à distinguer la mère (la sienne idôlatrée et celle de ses futures enfants idéalisée) et/ou l'épouse, secondairement l'amie ou la soeur et la figure la plus fantasmée et indispensable à sa vie est la salope/ la pute.
 Celle avec qui il ne fera rien d'autre que baiser parce qu'elle ne mérite aucun respect, ni attention et n'est certainement pas digne d'être aimée car elle ne pourrait être une bonne mère. Et bien que méprisée, cette figure est essentielle toute la vie d'un homme car même si Monsieur est marié, il ne pourra jamais se "lâcher" sexuellement parce que vous comprenez sa femme est une femme respectable, c'est la mère de ses enfants donc pas question de lui proposer autre chose que le traditionnel missionnaire et puis passer les premiers temps quasi fusionnels (où il couchait à tout va avec la femme de sa vie) et les grossesses (un véritable tue l'amour pour le mâle) ben l'appétit sexuel a tendance à baisser alors il se rabat sur la "salope" bref celle avec qui il n'accordera rien de plus qu'un intérêt purement sexuel.

Ces hommes mariés qui me sollicitent me prennent t-ils pour une salope, j'en suis certaine! mais au delà de ça (je n'accorde vraiment aucune importance aux hommes d'un point de vue privé ou sentimental pour moi ils sont tous faux, menteurs et infidèles et ceux qui me disent que je devrais pas généralisé je leur dis FUCK parce qu' il y a un moment il faut être RÉALISTE et arrêter de se complaire dans le déni malsain) ce qui me gène c'est l'hypocrisie qui règne autour de ce mensonge généralisé. Même des mecs prétendant appartenir à la nouvelle génération en faveur de l'égalité hommes-femmes, ne reniant pas leur part de "féminité" (concept à la con qui ne veut rien dire) ou encore d'imminents intellectuels toujours présents pour se prononcer contre toutes formes d'inégalités et en faveur de la dignité de tous (hommes, femmes et enfants) et bien même ce genre d'hommes n'hésitent pas à tromper leurs femmes aux yeux et aux sus de tous;
Bref Moi qui essaye de me conformer à une certaine éthique ou plûtot à une certaine moralité dans une société où tout est perverti par l'argent, la consommation à outrance, où enchaîner les rapports sexuels et les relations amoureuses est devenue la norme, où un concept aussi beau et transcendant que l'amour (c'est notamment au nom de l'amour envers Dieu, que l'homme a pu dépasser sa condition animale et réaliser des choses formidables mais aussi les pires) est réduit à une vulgaire passion jouissive qui dès qu'elle s'estompe est jetée aux oubliettes.  et bien Fini les concessions, fini la sacralité de l'union, on divorce pour un oui ou pour un non et on passe à autre chose.

ALORS voir des gens qui se donnent une image positive en public, se parant de toutes les vertus et qui finalement en privé se révèlent être des lâches, en complète contradiction avec ce qu'ils affirment être tout en se complaisant dans le mensonge et l'infidélité, Hé bien,  il ne faut pas s'étonner que même dans son rôle publique ou politique, l'homme soit adepte de fourberie, de félonie, de corruption et je ne sais quoi d'autre. Même les personnalités les plus respectables, on leur part d'ombre et je le comprends petit à petit. Heureusement cela ne doit pas être tenu rigueur je veux dire on se fiche pas mal que John Fitzgerald Kennedy se soit taper de nombreuses femmes dont Marilyn Monroe puisqu'il reste le président américain qui aura le plus contribué à l'avancé des droits civiques des afro-américains dans les années 50-60 mais qu'on ne soit pas surpris d'apprendre qu'il ait joué un rôle indirect mais important dans l'assassinat (à travers la CIA), de leaders politiques de gauches tiers-mondistes oeuvrant pour l'indépendance des pays anciennement colonisés à partir des années 60. il faudrait donc arrêter d'idéaliser certains mâles;

Je ne fais pas une plaidoirie anti-homme; Au contraire il est assez fascinant de voir toute la complexité qu'il porte, même si comme je l'ai expliqué au dessus, il adopte un raisonnement très simpliste qui se résume en une espèce de dichotomie hommes-femmes supposée naturelle.

Je parle uniquement de ce que j'ai vu, entendu et vécu dans mes rapports avec les hommes.

Je suis sûre qu'un homme pourrait parler des défauts des femmes et à son tour dénoncer leur infidélité mais il me semble que ce serait assez difficile de l'aborder avec plus ou moins de recul c'est à dire sans tomber dans le schéma pathétique qu'on peut retrouver dans un livre comme les hommes viennent de Mars et les femmes viennent de Vénus (où on se contente de caricaturer l'homme et la femme)car il est clair et évident que les femmes sont et resteront le sexe "faible" et il leur faudra encore longtemps avant de pouvoir obtenir une place d'égal à égal avec les hommes, dans nos sociétés.
La doxa (ensemble des croyances et pratiques sociales qui sont considérées comme normales, allant de soi et ne devant pas faire l'objet de remise en question) est puissante au point de rendre inconscient ces rapports inégalitaires aux yeux des opprimées elles-mêmes.

De même, il est hors de question de penser qu'une femme politique serait plus habilitée à gouverner un pays car elle serait plus sensible aux questions des inégalités, favoriserait des politiques sociales et sociétales. Là encore c'est jouer le jeu des sexistes et nombre de femmes au pouvoir ont prouvé qu'elles pouvaient être aussi féroces et corrompues qu'un homme, en politique car leurs actions s'inscrivent dans un système et certainement pas dans une logique de genre sexuel!

En ce qui me concerne j'ai lu beaucoup de livres sur ces inégalités dont les excellents : Les féministes et le garçon arabe de Nacira Guénif Souilamas/ Eric Macé et la domination masculine de Pierre Bourdieu.


Ils m'ont permis de comprendre beaucoup de choses sur mes rapports avec les hommes! Constater que mes choix n'étaient pas anodins et encore moins l'expression d'une individualité mais qu'ils s'inscrivaient dans une représentation totalement issue de mon éducation, des médias et tout ce qui influence sur notre façon de penser dans notre environnement.
En lisant ces deux ouvrages, j'ai compris les enjeux de l'homosexualité, de la transsexualité et de la nécessité de leur acceptation.

 Mais j'ai surtout appris que je suis profondément ancrée dans la doxa et je vis mon hétérosexualité irrémédiable comme l'acceptation d'un rapport asymétrique car les qualités même que je réclame chez un homme sont ces mêmes qualités machistes que j'évoquais précédemment tout en les voulant plus "adoucis" c'est à dire moins marqués.

Toutefois, il est aussi très clair que je serais avec un homme qui estime que former un couple et fonder une famille doit se baser sur un équilibre le plus parfait qu'il soit  possible et en aucun cas (notamment dans la gestion du foyer) il sera question de dévouer à l'autre l'exclusivité d'une tâche, de même que je pense que former un couple c'est partager les mêmes valeurs, une même conception du monde. c'est pourquoi une des valeurs fondamentales que je réclame chez un homme est celle de bannir le mensonge dans toutes ces formes.
Etre un Homme c'est faire des choix et prendre ses responsabilités.
L'infidélité est certes un choix mais vu ce qu'il implique moralement ( et physiquement je pense notamment aux MST) je pense que ceux qui décident de franchir le pas devraient avoir la décence et la noblesse de le dire ou en tout cas de se sortir d'une situation de double jeu qui je pense est bien plus pitoyable que l'acte en lui-même.

Et pour ceux qui prétextent que c'est dans la nature de l'homme de regarder et d'envier d'autres femmes que la sienne et qui lui est impossible de se réduire à une seule femme, j'ai envie de leur répondre que dans ce cas, il faudrait songer à réhabiliter la polygamie qui pour moi est moins répréhensible moralement que l'infidélité bien qu'il soit le paradigme de sociétés méprisant les femmes.
Surtout si l'on pense à ce bon nombre de politiciens fustigeant les familles d'origine africaines qui seraient en majorité adeptes de la polygamie en gros adepte de pratiques archaiques alors que ce sont les premiers à tromper leurs femmes EHONTEMENT! (les plus célèbres Dominique Strayss Khan, Eric Besson, François Miterrand et 3/4 d'entre eux!)

Cessons l'hypocrisie la fausse naïveté et rendons nous à l'évidence Les hOmmes préfèrent mentir mais Heureusement il existe et il y aura toujours des mecs VRAIMENT BIENs OUFFFFFF!!!!

Les hommes préfèrent mentir

                   Jeune fille de 25 ans se plaignant sans cesse d'être désormais ce que l'on pourrait qualifier de Catherinette s'aperçoit petit à petit être la proie facile du trentenaire marié avide de chaire fraîche.
Ce type d'homme déjà établi dans son petit confort marital mais en manque de sensations fortes, habitué au train-train quotidien s'ennuie royalement.
Plus de mystère dans le couple, plus de jeu de séduction, le mâle marié de plus de 30 ans vit dans la nostalgie de son glorieux passé de grand coq où il arborait une crête terriblement virile, dans la basse-cour et s'amusait à sauter toutes les poules qu'il désirait.
Mais la pression sociale a eu raison de lui et comme tout homme qui se respecte, il a bien fallu qu'il se "pose" pour se marier et fonder une famille afin de perpétuer son nom...
Puis un jour, cet homme rencontre la Catherinette, elle n'est pas spécialement belle mais elle est jeune, dynamique, pas trop mal foutue (enfin je crois :s) Oui oui, là je parle de moi . Je pense quand même avoir plus de qualités que ça lol mais bon...je suppose que c'est ce qui attire tellement ces hommes-là! Et comble de tout, elle a l'air un petit peu naïve (je précise Juste l'air!).

On sait tous que ce genre d'hommes préfère les filles plus jeunes, pas uniquement parce qu'elles ont la peau ferme et le galbe du fessier plus dessiné. Non.... c'est surtout parce que face à elle, il pourra débiter son discours dithyrambique sur la vie, le monde, les êtres humains, la culture et que sais-je et lui montrer à quel point c'est un homme d'expérience, de connaissances. Et tel un sage, il dévoilera à la catherinette, les mystères de l'humanité, avec de préférence, un premier cours approfondi d'anatomie lol.
Pourquoi je raconte ça? ben parce que je suis dans une phase super aigrie! 
J'attire que ce genre de "vieux cons" même si il doit y avoir une raison, qui m'incombe en partie (?).
Catherinette que je suis, j'évolue avec mon temps, je vieillie. Donc foncièrement, la limite d'âge de mes prétendants potentiels s'élargit.

Ce qui veut dire que j'ai de grandes chances de m'intéresser à des hommes de plus de 30 ans. Or, on sait bien que la probabilité de ces hommes à être officiellement célibataires s'amoindrit lorsqu'on avance dans l'âge. Et même si une étude récente (paru sur le site les bridgets.com) a démontré que 58% des hommes célibataires ont plus de 30 ans, il n'empêche que la proportion d'hommes célibataires sur le total de la population masculine n'est pas très élevée.
Je n'ai pas trouvé de chiffres exacts mais en yeutant sur Internet, je tombe sur des environs de 40 à 50%.
Ce qui laisse une marge de 60 à 50% de tomber sur un mec casé.

OK l'homme trentenaire en gros est plus susceptible d'être en couple et je n'ai aucun mais vraiment aucun souci avec ça (J'aime les couples qui se "guélan" dans le rer ou en plein milieu de la rue: c'est beau l'amouuuuur), mais ce qui m'irrite au plus au point, c'est le besoin purement machiste d'une grande partie de ces hommes de mentir et surtout d'être infidèle ;

Prenons l'exemple de ce mec que j'ai rencontré dernièrement. Dès le début, il m'a révélé son statut marital (qui, il faut le dire, m'arrangeait car ce n'était pas du tout mon genre de mec!!! petit, pas très beau, il correspondait au profil convenu limite caricatural du blanc complexé, attiré que  par les femmes noires (Yeurk!) parce que lui, comme nous, savons qu'il a plus de chances de concrétiser avec la fille aliénée et/ou intéressée préférant se taper un blanc plutôt qu'un noir (pour simplifier un maximum) enfin ça c'est une autre histoire).

Bref revenons à ce jeune homme: d'un point de vue affectif, il était dans une situation particulière et je pense qu'il ne savait pas trop où il en était. Toutefois, sa façon de me regarder, son besoin de m'appeler tout le temps, ses compliments récurrents trahissaient son désir et suffisaient à en faire déjà un mec infidèle bien qu'il n' y ait jamais eu de contact physique entre nous.
Au plus profond de moi, je n'ai pas pu m'empêcher de le juger et de le mépriser! Comment peux t-on se montrer aussi détaché envers celle que l'on considère comme l'amour (si possible) de toute une vie et renié aussi facilement un sermon aussi sacré que celui prononcé lors du mariage?!
Et voilà que je me pose des questions. Les hommes seraient-ils si faibles que ça?



Si ils le sont c'est uniquement dû à leur éducation et aux modèles socioculturels qu'on leur inculque depuis tout petit. Dès l'enfance, on s'évertue à dissocier garçon et fille, de souligner les différences et chaque enfant est prié d'intégrer les valeurs que doit  "naturellement" posséder un "vrai" garçon et une "vraie" fille. Le garçon développera son esprit belliqueux et compétitif (seul moyen pour lui d'exister dans la société) à travers les jeux de voiture, de soldats, d'armes en jouet ou encore par l'inscription automatique au sport. Tandis que la fille "s'intéresse" très vite à l'art du maquillage, à s'occuper d'un bébé ou encore à faire la cuisine, tout ça grâce à Barbie, Baby-born et les cuisines miniatures en plastique des jouets  Mattel. 
On achève le processus en valorisant le mâle, ceci dans toutes les sphères de la société. Et l'expression suprême de cette prédominance du "mec" se cristallise en une forme d'antithèse systémique et exacerbée vis à vis de la femme entraînant bien évidement des rapports inégaux entre les 2 sexes. Et cela reste un problème toujours irrésolu même dans notre cher pays démocratique qui d'après Sarkozy est un pays opposé à l'asservissement de la femme, dans son discours sur l'identité nationale prononcé le 10 novembre dernier (d'ailleurs, il faudra qu'il me dise en quoi il lutte contre les inégalités hommes-femmes?! parce que s'en prendre uniquement aux femmes musulmanes soi-disant contraintes par leurs hommes de se cacher sous le voile intégral, c'est plus s'attaquer à une communauté ethno-religieuse qu'à une véritable injustice que sont les inégalités de genre et de sexe!)

En gros, Etre un homme c'est avoir des qualités physiques et intellectuelles supérieurs à la femme. L'homme, c'est celui qui par son physique peut s'imposer, combattre, défier, protéger, au nom de l'honneur, de la dignité et toute autre valeur (comme la raison) qui permettent de distinguer l'être humain de l'animal.
Mais Etre un homme c'est surtout avoir intégré le modèle andro-centrique dans des sociétés hiérarchisées, un modèle qui place le sexe masculin à la convergence de tout. Et celui qui détient tous les pouvoirs, c'est bien évidement celui qui aura prouvé aux yeux de tous, qu'il était un véritable "homme".
Dans nos sociétés patriacarles, L'homme se doit d'affirmer sa position de dominateur et quoi de mieux que d'oppresser la femme (d'ailleurs plus l'homme aura échoué socialement, plus il aura tendance à oppresser physiquement et moralement la femme) et lui seul est habilité à pouvoir juger du statut d'une femme.
Dans la vie d'un homme, vous trouverez toujours ce schéma mental profondément machiste qui consiste à distinguer la mère (la sienne idôlatrée et celle de ses futures enfants idéalisée) et/ou l'épouse, secondairement l'amie ou la soeur et la figure la plus fantasmée et indispensable à sa vie est la salope/ la pute.
 Celle avec qui il ne fera rien d'autre que baiser parce qu'elle ne mérite aucun respect, ni attention et n'est certainement pas digne d'être aimée car elle ne pourrait être une bonne mère. Et bien que méprisée, cette figure est essentielle toute la vie d'un homme car même si Monsieur est marié, il ne pourra jamais se "lâcher" sexuellement parce que vous comprenez sa femme est une femme respectable, c'est la mère de ses enfants donc pas question de lui proposer autre chose que le traditionnel missionnaire et puis passer les premiers temps quasi fusionnels (où il couchait à tout va avec la femme de sa vie) et les grossesses (un véritable tue l'amour pour le mâle) ben l'appétit sexuel a tendance à baisser alors il se rabat sur la "salope" bref celle avec qui il n'accordera rien de plus qu'un intérêt purement sexuel.

Ces hommes mariés qui me sollicitent me prennent t-ils pour une salope, j'en suis certaine! mais au delà de ça (je n'accorde vraiment aucune importance aux hommes d'un point de vue privé ou sentimental pour moi ils sont tous faux, menteurs et infidèles et ceux qui me disent que je devrais pas généralisé je leur dis FUCK parce qu' il y a un moment il faut être RÉALISTE et arrêter de se complaire dans le déni malsain) ce qui me gène c'est l'hypocrisie qui règne autour de ce mensonge généralisé. Même des mecs prétendant appartenir à la nouvelle génération en faveur de l'égalité hommes-femmes, ne reniant pas leur part de "féminité" (concept à la con qui ne veut rien dire) ou encore d'imminents intellectuels toujours présents pour se prononcer contre toutes formes d'inégalités et en faveur de la dignité de tous (hommes, femmes et enfants) et bien même ce genre d'hommes n'hésitent pas à tromper leurs femmes aux yeux et aux sus de tous;
Bref Moi qui essaye de me conformer à une certaine éthique ou plûtot à une certaine moralité dans une société où tout est perverti par l'argent, la consommation à outrance, où enchaîner les rapports sexuels et les relations amoureuses est devenue la norme, où un concept aussi beau et transcendant que l'amour (c'est notamment au nom de l'amour envers Dieu, que l'homme a pu dépasser sa condition animale et réaliser des choses formidables mais aussi les pires) est réduit à une vulgaire passion jouissive qui dès qu'elle s'estompe est jetée aux oubliettes.  et bien Fini les concessions, fini la sacralité de l'union, on divorce pour un oui ou pour un non et on passe à autre chose.

ALORS voir des gens qui se donnent une image positive en public, se parant de toutes les vertus et qui finalement en privé se révèlent être des lâches, en complète contradiction avec ce qu'ils affirment être tout en se complaisant dans le mensonge et l'infidélité, Hé bien,  il ne faut pas s'étonner que même dans son rôle publique ou politique, l'homme soit adepte de fourberie, de félonie, de corruption et je ne sais quoi d'autre. Même les personnalités les plus respectables, on leur part d'ombre et je le comprends petit à petit. Heureusement cela ne doit pas être tenu rigueur je veux dire on se fiche pas mal que John Fitzgerald Kennedy se soit taper de nombreuses femmes dont Marilyn Monroe puisqu'il reste le président américain qui aura le plus contribué à l'avancé des droits civiques des afro-américains dans les années 50-60 mais qu'on ne soit pas surpris d'apprendre qu'il ait joué un rôle indirect mais important dans l'assassinat (à travers la CIA), de leaders politiques de gauches tiers-mondistes oeuvrant pour l'indépendance des pays anciennement colonisés à partir des années 60. il faudrait donc arrêter d'idéaliser certains mâles;

Je ne fais pas une plaidoirie anti-homme; Au contraire il est assez fascinant de voir toute la complexité qu'il porte, même si comme je l'ai expliqué au dessus, il adopte un raisonnement très simpliste qui se résume en une espèce de dichotomie hommes-femmes supposée naturelle.

Je parle uniquement de ce que j'ai vu, entendu et vécu dans mes rapports avec les hommes.

Je suis sûre qu'un homme pourrait parler des défauts des femmes et à son tour dénoncer leur infidélité mais il me semble que ce serait assez difficile de l'aborder avec plus ou moins de recul c'est à dire sans tomber dans le schéma pathétique qu'on peut retrouver dans un livre comme les hommes viennent de Mars et les femmes viennent de Vénus (où on se contente de caricaturer l'homme et la femme)car il est clair et évident que les femmes sont et resteront le sexe "faible" et il leur faudra encore longtemps avant de pouvoir obtenir une place d'égal à égal avec les hommes, dans nos sociétés.
La doxa (ensemble des croyances et pratiques sociales qui sont considérées comme normales, allant de soi et ne devant pas faire l'objet de remise en question) est puissante au point de rendre inconscient ces rapports inégalitaires aux yeux des opprimées elles-mêmes.

De même, il est hors de question de penser qu'une femme politique serait plus habilitée à gouverner un pays car elle serait plus sensible aux questions des inégalités, favoriserait des politiques sociales et sociétales. Là encore c'est jouer le jeu des sexistes et nombre de femmes au pouvoir ont prouvé qu'elles pouvaient être aussi féroces et corrompues qu'un homme, en politique car leurs actions s'inscrivent dans un système et certainement pas dans une logique de genre sexuel!

En ce qui me concerne j'ai lu beaucoup de livres sur ces inégalités dont les excellents : Les féministes et le garçon arabe de Nacira Guénif Souilamas/ Eric Macé et la domination masculine de Pierre Bourdieu.


Ils m'ont permis de comprendre beaucoup de choses sur mes rapports avec les hommes! Constater que mes choix n'étaient pas anodins et encore moins l'expression d'une individualité mais qu'ils s'inscrivaient dans une représentation totalement issue de mon éducation, des médias et tout ce qui influence sur notre façon de penser dans notre environnement.
En lisant ces deux ouvrages, j'ai compris les enjeux de l'homosexualité, de la transsexualité et de la nécessité de leur acceptation.

 Mais j'ai surtout appris que je suis profondément ancrée dans la doxa et je vis mon hétérosexualité irrémédiable comme l'acceptation d'un rapport asymétrique car les qualités même que je réclame chez un homme sont ces mêmes qualités machistes que j'évoquais précédemment tout en les voulant plus "adoucis" c'est à dire moins marqués.

Toutefois, il est aussi très clair que je serais avec un homme qui estime que former un couple et fonder une famille doit se baser sur un équilibre le plus parfait qu'il soit  possible et en aucun cas (notamment dans la gestion du foyer) il sera question de dévouer à l'autre l'exclusivité d'une tâche, de même que je pense que former un couple c'est partager les mêmes valeurs, une même conception du monde. c'est pourquoi une des valeurs fondamentales que je réclame chez un homme est celle de bannir le mensonge dans toutes ces formes.
Etre un Homme c'est faire des choix et prendre ses responsabilités.
L'infidélité est certes un choix mais vu ce qu'il implique moralement ( et physiquement je pense notamment aux MST) je pense que ceux qui décident de franchir le pas devraient avoir la décence et la noblesse de le dire ou en tout cas de se sortir d'une situation de double jeu qui je pense est bien plus pitoyable que l'acte en lui-même.

Et pour ceux qui prétextent que c'est dans la nature de l'homme de regarder et d'envier d'autres femmes que la sienne et qui lui est impossible de se réduire à une seule femme, j'ai envie de leur répondre que dans ce cas, il faudrait songer à réhabiliter la polygamie qui pour moi est moins répréhensible moralement que l'infidélité bien qu'il soit le paradigme de sociétés méprisant les femmes.
Surtout si l'on pense à ce bon nombre de politiciens fustigeant les familles d'origine africaines qui seraient en majorité adeptes de la polygamie en gros adepte de pratiques archaiques alors que ce sont les premiers à tromper leurs femmes EHONTEMENT! (les plus célèbres Dominique Strayss Khan, Eric Besson, François Miterrand et 3/4 d'entre eux!)

Cessons l'hypocrisie la fausse naïveté et rendons nous à l'évidence Les hOmmes préfèrent mentir mais Heureusement il existe et il y aura toujours des mecs VRAIMENT BIENs OUFFFFFF!!!!